Premiers secours : quelle formation pour quel besoin ?

« Que pensez-vous des formations aux Premiers secours ? »


« Cela devrait-être obligatoire » ; « cela devrait être enseigné à l’école » ; « je ne comprends pas pourquoi ce n’est pas systématique quand on passe son permis » ; « j’ai des bases mais ça fait bien longtemps, et je ne me sentirais pas capable de faire quoi que ce soit »…


Voici une toute petite poignée des réponses reçues lorsque l’on interroge le grand public sur l’utilité des premiers secours et sur les formations dispensées en France. Je n’ai personnellement jamais entendu personne me dire que cela n’était pas utile, et qu’il ou elle n’était pas intéressé.e par une formation ou un rapide briefing adapté à ses besoins.


Et pourtant… une très faible partie de la population française est aujourd’hui formée et en capacité de réagir face à des situations qui requiert l’action de gestes qui sauvent. Je pense que cela est en partie dû à la distance qui s’installe entre l’apprentissage et la pratique, entre le besoin intellectuellement admis, et les situations où le geste est effectivement requis, qui demeurent, dans l’esprit (et à tort) quelque chose de rare.



Des formations adaptées aux besoins


Ma conviction profonde, c’est que si nous n’adaptons pas la démarche pédagogique et les contenus aux besoins d’une personne, il est impossible d’inscrire en elle un schéma d’apprentissage, quel qu’il soit. L’adulte, pour apprendre, doit comprendre pourquoi il le fait. Il doit passer du stade d’ignorant inconscient (au sens littéral du terme, sans jugement de valeurs : je ne sais pas ce je ne sais pas) ou stade de sachant inconscient (j’ai oublié – parce que je l’ai intégré – que je sais). Les étapes intermédiaires d’ignorant conscient (je sais ce que je ne sais pas) et de sachant conscient (je sais ce que je sais) sont des phases clés à prendre en compte. Les motivations profondes sont le socle de la démarche d'apprentissage.


Bref, tout cela pour dire que proposer des formations aux premiers secours complètement formatées, s’avère à mon sens dommage, car cela ferme la porte à de nombreux apprenants. Evidemment, les référentiels de compétences, les cadrages (notamment lorsqu’on parle de vies à sauver) sont indispensables. Ils assurent la cohérence, la continuité et le sérieux des pratiques. Mais je me fais l’avocate des formations adaptées aux besoins spécifiques et dans cette démarche, m’engage dans le développement de tels contenus. Ces derniers ne sont pas (encore) validés par les instances officielles et nous nous appuyons toujours sur des méthodes et outils certifiés, et travaillons avec des formateurs agréés, mais il faut aller plus loin !


Si vous êtes intéressés par le développement de vos compétences, et que vous n’avez pas de qualifications préalables en médecine, voici le parcours que je vous recommande :


Pour une pratique individuelle générale :


Pour une mise en pratique plus régulière et des interventions avec matériel et en équipe :

  • Formation Premiers secours en Equipe 1 / Formation Premiers secours en équipe 2

  • Bénévolat dans des associations de sécurité civile (croix blanche, croix rouge, protection civile, pompier volontaire, réserve, etc.)

  • Formations de formateurs (toujours très utile pour aller plus loin, et éventuellement professionnaliser votre pratique)


Pour des besoins spécifiques :

  • Premiers secours en milieu isolé (pour des activités de pleine nature)

  • Premiers secours animaliers (si vous vadrouillez avec vos animaux)

  • Premiers secours tactiques (si vous vous déplacez sur des zones de conflits)

  • Premiers secours en voyage (si vous partez à l’étranger - tourisme, tour du monde, voyages professionnels)

  • Sécurité incendie

  • Secours en mer

  • Parce qu’avant de sauver des vies, il faut pouvoir sauver la sienne, les formations « se secourir » sont une très intéressante piste à explorer également si vous pratiquez souvent des activités en solo!


Les organismes de formation et les financements


Les formations GQS, PSC1 et SST sont prises en charge par l’Etat (crédits de formation), Pole Emploi et/ou vos employeurs. Pour se faire, elles doivent être dispensées par des organismes agréés (il en existe de nombreux, vous pouvez trouver des listes par département en faisant une simple recherche internet).


Les formations PSE1, PSE2 et formations de formateurs peuvent être prises en charge les organisations pour lesquels vous donnerez du temps. C’est une très bonne opportunité de développer vos compétences tout en pratiquant de manière régulière.


Les formations spécifiques peuvent être, en fonction des cas, financées par des droits à la formation (si datadockées et éligibles aux CPF) mais cela reste encore, malheureusement assez rare. Renseignez-vous auprès des organismes, qui pourront vous aider à explorer les pistes de financement.


En outre, des aides sont parfois débloquées aux niveaux régionaux et départementaux. Votre mairie ou hôtel de région pourra vous en dire d’avantage.


Les modalités :

Aujourd'hui, la pratique demeurant le coeur des formations Secours, peu d'organismes proposent des formations à distance. Cependant, des cursus de bases, à compléter par des actions en présentiel, sont proposées par des acteurs de la société civile et quelques organisations privées de secours. Par exemple : PSC1 e-learning par la protection civile (ce contenu n'a pas été testé par nos soins, ceci est donc proposé à titre indicatif).


Se documenter:

S’il est vrai qu’on ne peut se former aux premiers secours uniquement par la lecture (la pratique est trop importante), il existe d’excellents ouvrages pour découvrir des sujets ou approfondir vos connaissances. En voici une liste non-exhaustive mais approuvée :


Pratiques domestiques :


Besoins spécifiques :

Si vous lisez l’anglais, n’hésitez pas à aller voir chez les voisins, dont la littérature est bien plus fournie qu’en France !


L'application de la Croix Rouge Française est également extrêmement utile et bien faite, tant pour guider l'action que pour effectuer révisions et apprentissages (dans toutes les langues) : l'appli qui sauve.


---


Pour conclure, les pistes existent pour développer des compétences importantes, qui si dans la pratique (en France en tout cas) ne vous serviront que de manière occasionnelle, pourront faire toute la différence « le jour où » : sautez le pas!

17 vues0 commentaire

"Explorer, cela signifie trouver des réponses et revenir les partager avec les autres." Mike Horn